pour un moment de douceur

Publié le par ANGELINE

Il est vingt et une heure et je suis seule. La nuit n'est pas encore tombée, c'est l'été. Je rêve. C'est l'époque des amours de vacances. Mais je suis seule avec pour seul compagnon mon cerveau qui m'ouvre les portes de mes souvenirs et de la tristesse. Que faire ? Je me déshabille et vais me couler un bon bain chaud ! rien de tel pour redevenir zen ou pleurer seule ça ne fera changer l'eau du bain en eau de mer. J'aurais aimé arrêter le temps pour un moment de douceur.
L'eau caresse ma peau , les bulles d'air m'entourent comme pour me rassurer et faire passer ma peine.
Rien n'y fai. Les portes de mon cerveau ne se refermeront elles jamais sur ce moment de douceur. Je cherche à m'occuper l'esprit, à y mettre autre chose à la place. Je prends mon téléphone cherche à parler à quelqu'un mais il n'y a personne ce soir . C'est vrai que souvent quand j'ai besoin juste d'un mot je ne trouve jamais personne.
Je ne cherche plus à chasser mes souvenirs puisque rien ne semble marcher alors j'y repense en fermant les yeux dans mes bulles de savon.
j'en avais rêvé de ce moment sans oser y croire et il m'était donné un jour sans que j'y prenne garde, il est venu petit à petit. J'ai mis du temps à comprendre parce que la raison et son diablotin de gardien me disait "non, n'y va pas, ne le fait pas reste là"
Je savais que ce moment de douceur ne serait pas comme les autres qu'il aurait plus de saveur que n'importe quel fruit,
plus de gout plus épicé.
Il m'a regardé. Il m'a écouté. il m'a comprise sans rien dire. Mais son regard a parlé pour lui. j'ai essayé d'éviter de comprendre mais le mien lui repondait la même chose. Donne moi un moment de douceur pour que je le garde dans ma boite à souvenir car ce moment on le savait serait unique peut être rare surement.
Le temps des effleurements le temps des regards soutenus des baisers amicaux doux si tendres... laisser entrevoir beaucoup de tendresse, de douceur et présageait une envie commune de caresses.
Mais faire le premier pas ? la timidité, la peur, la vague déferlante d'envie ne manquait pas mais la raison , cette fichue raison qui nous fait passer à côté de simples moments de bonheur peut être sans lendemain mais de bonheur quand même et qui grace à ça embellit la vie de soi-même et des autres par la même occasion,les frissons parcouraient les corps mais les mains n'osaient pas entreprendre ce qu'on avait peur chacun de regretter peut être.
Dans ma tête mon cerveau avait abandonné la partie l'émotion était à son apogée plus rien ne s'accrochait à la raison, seul un mot enfin plusieurs mots m'apparaissaient les plus importants et sans les dire je pensais ' prends moi dans tes bras s'il te plait sinon je vais hurler en partant" je n'avais pas le courage de le faire mais une envie terrible qu'il le fasse à ma place. Ha se damner pour un moment pareil !! mille excuse je blasphème diraient un groupe de catholiques sortis de la grande messe. Mais ils ne savent pas ce que c'est surement ! La vague d'émotion me faisait trembler m'empêchait de penser et lui semblait avoir les mêmes sensations ; sa tête lui interdisait mais ses émotions son regard, son corps trahissait cette vague déferlante qui lui remplissait le corps et l'esprit
Il me pris dans ses bras. Enlassés debout sans rien dire que se toucher, s'effleurer, se regarder .... ha si vous ne connaissez pas ça !! l'attendre avec envie et le recevoir avec bonheur. Je ne voulais plus partir me sentant protéger et aimer dans ses bras calins, son sourire, son regard aimant et tendre me faisait fondre, mon coeur battait la chamade et lui tremblait comme une feuille au début de l'hiver.
Mais il fallut partir, quel supplice !!
la journée allait être difficile. je ne pouvais penser qu'à ce moment de douceur rien d'autre ne s'imprimer sur mon cerveau volage que les images de son sourire, je ressentais encore ses caresses douces, son corps trembler
j'aurais voulu que les aiguilles s'arretent à ce moment là !
tout pour un moment de douceur
mais quel moment de douceur !
je n'oublierais jamais

Publié dans HISTOIRES COURTES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moi 15/03/2010 03:48


c't une histoire que tu as vecu tt comme moi . ça se sent et je suis là meme que toii pour les rêveries ; et peut etre le meme à la douceur qui change parfois . Julie